JUIFS DE TURQUIE

 

La Turquie dans l'Union européenne ?
Juifs en Turquie

Busbecq
Le Monde - 04/01/2003

Au début du XXème siècle, Salonique (qui faisait encore partie de l'Empire ottoman) était la ville qui comptait la plus importante communauté juive d'Europe. Selon des chiffres datant de 1911 environ, il y avait plus de 42.000 juifs dans la province administrative d'Aydin et 70% d'entre eux vivaient dans la ville d'Izmir (Smyrne)
C'est principalement à la fin du XVème siècle que les Juifs sont arrivés en très grand nombre après, pour certains, un passage peu satisfaisant en Italie du Nord (Turin , Milan et Venise). Ces Juifs venaient surtout du Portugal et d'Espagne d'où ils ont été chassés par le Très Catholique pouvoir royal.
Le Sultan s'est étonné publiquement qu'un souverain se prive ainsi d'une population intelligente et il a aussitôt accueilli les Juifs en leur garantissant la liberté de culte, la sécurité et le respect des tribunaux religieux traditionnels. Il n' y avait là aucune nouveauté: c'est ce qu'il avait établi pour d'autres communautés religieuses.
Les Juifs étaient renommés pour leurs connaissances dans le domaine médical et il y a toujours eu, si j'ai bonne mémoire, un médecin juif attaché au Sultan.

Il n'y a jamais eu de pogrom en Turquie. Les Jufs d'Istanbul étaient principalement installés dans le quartier de Balat puis, au milieu du XIX, les familles les plus riches se sont installées en villégiature sur les Îles des Princes et sur la rive asiatique du côté de Kuskuncuk où se trouve encore aujourd'hui le principal cimetière juif de la ville.
Deux des principales et plus anciennes synagogues en activité se trouvent pratiquement au pied de la Tour Galata. L'équivalent du yiddish est le "ladino", très influencé par la syntaxe et le vocabulaire espagnol , encore parlé en famille et qui dispose d'un magazine hebdomadaire tiré à 12.000 exemplaires. Dans beaucoup de familles juives de Turquie, on parle souvent le français comme deuxième langue et si parfaitement qu'on croirait que les enfants ont étudié dans une école française, ce qui n'est pas le cas.
Si le sujet vous intéresse, la maison d'édition ISIS à Istanbul a publié de très nombreux ouvrages en français (souvenirs, mémoires, études généalogiques, photos, ) sur les communautés juives de Turquie (www.theisispress.com)

Comme disent Giscard, Madelin, Bayrou et Léopold II: "La Turquie n'a rien en commun avec nous". Il est vrai que nous ne partageons pas le même Papon.

Liens:
Yiddish in Istanbul (06.09.2001)
Necdet KENT : Le Consul turc qui a stoppé le train de la mort ! (21.09.2000)